Derniers avis

mardi 16 octobre 2012

Qui de nous deux ? Angela Behelle

Description :
Un élève aussi farouche que séduisant, une société secrète, un lent apprentissage mené de main de maître qui éveille son corps et comble ses désirs les plus inavouables, Mickaëlla Valmur est loin d'imaginer ce que lui réserve cette étrange rentrée scolaire au goût amer.

La Société, tome 1 : Qui de nous deux ? Angela Behelle - Éditions La Bourdonnaye

Mon avis :
Voilà un livre qui fait parler de lui sur la toile ces derniers temps et on le comprend. Avec la nouvelle "mode" de la romance érotique, le moindre livre du genre qui plait à quelques personnes fait tout de suite beaucoup de bruit.
Après avoir lu plusieurs avis positifs donc, j'ai décidé de tester moi aussi Qui de nous deux ? premier tome de la série La Société, d'une auteur que je ne connaissais pas : Angela Behelle.
Au départ, je dois dire que j'ai été embarquée par l'histoire, même si j'avais déjà du mal avec l'écriture de l'auteur. Le texte est entièrement au présent, certaines phrases ne sont pas forcément bien tournées, tout avance très vite. Mais bon, l'idée de base était bonne : l'élève qui s'éprend de sa jeune prof et tente de lui faire comprendre qu'elle a plus de potentiel qu'elle ne le croit... Why not ?

Mais plus j'avançais dans l'histoire, et plus je me demandais pourquoi j'avais choisi de lire ce livre. Parlons tout d'abord des personnages : Mickaëlla n'a tout simplement aucune personnalité. Elle obéit sans broncher à tout ce que lui dit de faire Alexis, et ce dès le premier ordre qu'il lui donne, bien qu'il soit son élève. Ne croyez pas qu'elle évoluera au fil des pages (ou alors pas dans le bon sens), non ce sera de pire en pire, allant même jusqu'à se faire violer dans sa salle de classe, ou encore sodomiser par un copain d'Alexis, juste parce que ce dernier l'aura décidé ainsi.
Alexis quant à lui, est imbuvable, totalement imbu de sa personne, il se croit tout permis et à aucun moment on ne peut le trouver désirable. Il a des pensées tordues, qui lui ont été inspirées par ce qu'il a pu voir ses parents faire dans son grenier quand il était plus jeune. D'ailleurs, les parents, parlons-en ! Niveau relation familiale, on est vraiment dans tout ce qu'il y a de plus normal vraiment. Quelle mère n'a jamais offert à la nouvelle petite amie de son fils des boules de Geisha de sa collection personnelle par l'intermédiaire de ce dernier ? Et ce n'est là qu'un petit aperçu...

Passons maintenant au principal : les scènes érotiques. Oui, qui dit romance érotique, dit scènes hot. Mais alors là, je ne sais pas qui a pu qualifier ce livre de "romance érotique" mais il faudra qu'il m'explique. Ce livre n'a rien d'une romance, c'est juste une relation de dominant-dominé, qui ne va que dans un sens (celui d'Alexis évidemment) et qui montre la femme comme un objet sexuel, ni plus ni moins, Micky sert de vulgaire sextoy à Alexis.
Quant au côté érotique... des scènes de sexe sale à toutes les pages, écrites de la manière la plus crue possible, mêlant pratiques sadomasochistes, scatophilie, violence gratuite, viol, sexe sur une tombe, pommeau de douche dans l'anus et j'en passe... On n'est plus dans le domaine érotique là, c'est clairement du porno bien dégueu (pardonnez-moi l'expression).

Et j'en vois déjà me dire que je coincée donc non, je vous assure que non, je n'ai rien contre une bonne romance érotique, correctement décrite (et écrite), de manière sensuelle et émoustillante... mais là, franchement, je dis non, rien d'excitant dans tout ce que nous décrit Angela Behelle.
Pour moi, l'auteur avait une bonne idée mais a voulu trop en faire, et est allée trop loin, la scène finale en est clairement l'exemple. On est vraiment dans la surenchère. Si vous commencez ce livre et qu'à un moment donné une scène vous choque, arrêtez votre lecture car la prochaine scène sera encore pire.

J'avoue avoir longuement hésité avant de poster mon avis, car quand je vois toutes les critiques élogieuses qu'à reçu ce livre et les réactions démesurées qu'ont suscité le peu d'avis négatifs que j'ai pu lire, je me dis que je vais sûrement m'en prendre plein la tête, mais tant pis. Les lecteurs et acheteurs potentiels ont le droit de savoir que ce livre n'a pas plu à tout le monde et qu'il peut être choquant et mettre mal à l'aise. Si j'avais su ce que ce livre contenait avant de le lire moi-même, croyez-moi, je ne m'y serais jamais aventurée.

28 commentaires:

lacounette a dit…

Très bonne critique ^^ je te félicite !

Candyshy a dit…

Coucou
Tu viens de me refroidir totalement ^^, tout le monde parle de ce livre, je voulais me faire mon idée.. mais viol, pommeau de douche dans l'anus m'ont largement refroidit lol
Je ne sais plus que penser du coup !

Merci d'avoir posté ton avis, chacun est libre de ne pas aimer une lecture et de le dire :)
Bonne soirée !

akasha a dit…

Moi je dis que tu n'as pas à te cacher du fait de ne pas avoir aimé.

Personnellement, je l'ai lu ce week end et j'ai beaucoup apprécié cette lecture pornographique car oui, il s'agit bien là de pornographie qui n'est pas dégueu ^^ J'ai passé le moment de la Scatophilie (ou est-ce qu'ils mangent leurs excréments ?)

Je ne suis pas une adepte de cette littérature, ce n'est que ma seconde et c'est une bien meilleure expérience que ma première (où là, dans une nouvelle, le mec manger le tampon plein de sang de la nénette... là oui c'est dégueu :D)

Dommage que tu n'y es vu de la dominance que dans un sens car pour moi, de part sa soumission, elle l'a bien baisée (excuse du terme) également et il avait peur de la faire fuir.

Comme je l'ai dit, je ne suis pas adepte ni IRL, je ne suis pas BDSM pour un sou mais cela m'a fait comprendre que dans ce genre de relation, les deux parties avaient leur mot à dire, c'est de la confiance car il ne faut pas dépasser les limites des deux.

Maintenant j'ai une question... imaginons que ce soit la femme qui soit la dominante... Qu'en dira-t-on ?

Je comprends ton sentiment et de loin je ne mettrai pas 4* à ce livre de part certaines choses qui pêchent mais dans l'ensemble, c'est un bon livre porno "soft".


Ce que je trouve dommage... c'est qu'à cause de cette vague que suscite certains livres dernièrement, des lectrices vont s'aventurer (et ce n'est absolument pas un reproche) vers une lecture qui risque de ne pas leur convenir.

Dans les genres, la littérature porno n'existe pas et c'était classé sous érotisme pour bien dénoter avec le sentimental... malheureusement la nouvelle vague veut que l'érotisme soit soft alors qu'il ne faut pas se leurrer...

Mon commentaire est long, j'aurais encore bien des choses à dire car je trouve qu'il y a plein de choses à dire. Ce livre n'est définitivement pas à mettre entre toutes les mains ^^

Si l'occasion se présente, je serais ravie de débattre avec toi car je sais que ce sera enrichissant et intéressant ;)

Choukette a dit…

Alors la scatophilie est bien présente oui, dans la scène de la douche, où il lui fait un lavement avec le pommeau de douche et où il exige qu'elle "lâche tout". Et elle dit bien qu'elle se vide de partout et ensuite ils jouissent là-dedans, miam.
Donc pour info, scatophilie ne signifie pas manger des excréments mais "une pratique sexuelle incluant un plaisir pour les excréments".

Tu trouve qu'elle a son mot à dire quand elle lui dit que c'est terminé entre eux et que lui, n'étant pas d'accord avec ça débarque dans sa salle de classe et la viole ? On ne doit pas avoir la même définition de la chose alors.

Et si la relation avait été la même mais dans l'autre sens, j'en aurais pensé la même chose, les scènes n'auraient pas été moins sales (car oui moi je le dis, beaucoup sont dégueu, à moins que se faire pisser dessus, entre autre, soit super hot).

Ton "soft" me choque, on n'a pas du lire le même livre je pense. En quoi est-ce soft de se faire faire un lavement avec un pommeau de douche ? En quoi est-ce soft de se faire sodomiser contre son gré par un copain de son petit ami ? En quoi est-ce soft de se faire violer dans sa salle de classe ? De se faire attacher dans un grenier et d'y être laissée 48h sans manger ni boire, nue et dans le froid parce qu'on a eu le malheur d'aller prendre l'air ?

J'attends bien volontiers tes réponses car ce débat m'intéresse en effet.

Petit-Lips a dit…

Ah oui en effet, en lisant d'autres critiques, j'avais l'impression que ce livre était un livre érotique plutôt soft.
Mais c'est clairement pas le cas.

Tu as eu raison de mettre ton avis, et je ne vois pas en quoi ça porte préjudice au livre. Les gens sont au moins au courant de ce qu'il y a dedans !

(C'est comme un thriller que j'ai lu il y a pas longtemps, avec des scènes pédophiles, si j'avais su, je ne l'aurai pas lu)

akasha a dit…

Comme je l'ai dit, je ne suis pas une adepte de ce genre de pratique ^^ Donc quand j'ai cherché scatophilie (terme que je ne connaissais d'ailleurs pas, ben j'ai lu "plaisir du manger ses excréments")... Donc désolée de ne pas être à la page sur ce coup.

Bien sûr qu'au début j'ai été surprise pour le coup du pommeau, je ne connaissais pas ce procédé...

Je ne suis en revanche pas du tout adepte du "pipi-caca", non, ça je ne trouve pas ça excitant loin de là d'ailleurs.

Mais si j'ai trouvé que c'était soft dans le sens où (et je ne dirais pas comment j'ai pu y assister car cela serait dévoilée des choses que je n'ai pas le droit), j'ai vu bien pire et où j'ai du intervenir : objet non identifier ou légumes (fruits) dans les parties génitales, jeux d'armes blanches, brûlures, strangulations... et je passe des détails encore plus hard et je suis sûre que tu peux imaginer à quoi je pense (le terme commence par un N).


Donc pour moi, ce livre restera dans le soft.
La sodomie par Lucas m'a révolté et c'est la seule chose qui m'est fait sortir de mes gonds.

Pour ma part, les scènes dans la classe... ne sont pour moi pas du viol, elle reste consentante, si elle avait voulue s'en défaire, elle pouvait très bien aller aux toilettes ou autres d'ailleurs !


Bien sûr que ce n'est pas un livre à mettre entre toutes les mains (je radotte :D), et je ne pense pas qu'il doit être catalogué romance érotique.

Je ne dis pas qu'elle ait eu son mot à dire, je dis bien que par sa soumission, elle a bien baisé. En jouant son jeu, elle l'a enchaînée à elle. Il a besoin d'elle et ne peut s'en passer... elle le mène également même si il reste décisionnaire ^^

Après, je me dis que je ne dois pas avoir les mêmes moeurs et être très libérée *-*

Ta chronique est excellente et permettra à ce que des personnes qui voulaient essayer ce livre, sache où elles mettent les pieds...

Idem, je sais que lorsque je vais rédiger la mienne, j'insisterai bien sur le fait que dans ce livre, les scènes peuvent être considérées comme hard dans le sens où elles y sont très explicite

Lila a dit…

Je partage entièrement ton avis. Je comprend que certaines adorent, mais je reste surprise que personne n'ai relevé certains passages dans les nombreuses critiques parues, notamment le viol ou la douche qui tourne scato. Genre, c'est normal et soft, la routine dans la romance érotique (même dans le porno bien hard ils évitent les scènes de viol et tout ce qui concerne la scatophilie et la cruauté est mis à part). Je comprend qu'on puisse aimer, il en faut pour tous, mais je pense que c'est quand même des choses qu'on voudrait savoir AVANT achat...

Choukette a dit…

Merci du compliment, et d'avoir pris le temps de répondre.
Je comprends mieux ton point de vue et irai lire ta chronique.

Bonne soirée

akasha a dit…

Comme je dis, chacun son avis ^^ Et c'est normal :D

Après il est vrai que par mon vécu (je me sens tout d'un coup vieille) et de ce que j'ai pu malheureusement voir... j'ai une vision différente des choses ;)



Evenusia a dit…

Excellent ce débat ! J'ai pris grand plaisir à lire tous ces commentaires qui sont motivés dans un sens comme dans l'autre.

Lila a dit…

Pour te citer Akasha : "Pour ma part, les scènes dans la classe... ne sont pour moi pas du viol, elle reste consentante, si elle avait voulue s'en défaire, elle pouvait très bien aller aux toilettes ou autres d'ailleurs ! "
Par définition, un viol est un viol dès qu'elle dit "non". Au moment où elle lui dit qu'elle veut tout arrêter il la prend de force malgré ses supplications. C'est un viol, le fait qu'elle jouisse à la fin (mais elle jouit à longueur de journée, pour un oui ou un non) n'excuse pas le viol.

akasha a dit…

@lila : Et elle ne crie pas pour alerter le monde ?

Elle lui dit non... d'accord mais pourquoi ne pas se débattre, crier pour tenter d'alerter quelqu'un ?

C'est un jeu de rôle, elle a envie, elle dit non parce qu'elle a également peur de ses sentiments, la preuve à la fin d'ailleurs.

Et attention, je ne cautionne pas les viols, ni les violeurs et je ne fais pas passer une victime de viol pour ce qu'elle n'est pas. (au plus loin de moi cette idée)

Julie a dit…

C'est marrant de voir comment la définition du "soft" varie de personne en personne ^^ C'est vraiment un terme à prendre avec des pincettes, et pour avoir lu ce roman, je suis bien placée pour savoir qu'on a quand même dépassé les limites du "soft". Je ne lis pas de romans érotiques, mais j'ai déjà lu quelques romances paranormales, et je n'ai jamais eu affaire à ce type de pratiques. Alors, pour être honnête, j'ai apprécié la montée du désir en début, l'audace aussi d'écrire ce genre de choses, mais clairement sur la fin, je n'en pouvais plus, c'était de la surenchère sexuelle "outillée" (au point que visiblement, j'ai laissé passer des passages de remplissages et vidages multiples), et je n'ai même pas osé dire tout haut ce qui m'avait dérangée de peur qu'on ne me dise que j'étais prude, puisqu'il est vrai que mes bonnes moeurs ont été malmenées.
Il y a donc une espèce de dichotomie dans ce texte, le avant audacieux et le après agressif. Au final, j'ai été bien conne de taire certains détails en pensant qu'on me mettrait du prude dans la tête, car c'est exactement le genre d'arguments que j'ai pu lire sur le statut de l'auteure, rédigés par ses fans qui commentaient chaque critique négative qu'elle avait pu recevoir. Je trouve ça minable de défendre un livre en jugeant les pratiques sexuelles de ceux qui ne l'ont pas aimé. Youhou, on se réveille, nous sommes dans l'érotisme (porno ? Peux pas trop dire vu que ce livre est ma seule référence), forcément que les gens vont juger en fonction de leurs habitudes dans le domaine. Enfin, je sais pas, mais quand on écrit un tel livre, on doit s'attendre à diviser un minimum, du coup, je ne comprends pas bien l'acharnement qu'il peut y avoir sur chaque commentaire négatif qui émerge sur le net. Concernant le viol, Lila en donne la définition exacte. À partir du moment où une femme dit non, c'est un viol = acte sexuel sans consentement. Il y a quelque chose qui m'énerve en romance, et qui est pourtant récurrent, c'est ce que les Américains appellent "the good rape", à savoir le bon viol. Sous prétexte qu'un type a couché avec une femme ou pire qu'il lui a causé seulement deux minutes, il sait mieux qu'elle ce qu'elle veut, et puisqu'il peut la faire jouir, il peut la prendre comme une vulgaire poupée gonflable. Ce livre gagnerait à ce qu'on reconnaisse qu'il y a un côté malsain assumé. Il n'y a pas mort d'homme, c'est juste la vérité. Dire le contraire, alors que le comportement même d'Alexis découle d'un traumatisme lié à l'enfance qui le pousse à chercher la réplique de sa mère sexuellement parlant, ce serait du pur déni.

Méli a dit…

Superbe critique, perso je m'abstiendrais de lire ce livre car ce n'est pas mon genre de littérature.
Pourtant, j'ai déjà lu de la romance érotique mais là c'est un peu trop pour moi...et pourtant je ne suis pas du genre prude :)

Choukette a dit…

Absolument d'accord Julie, il faudrait commencer à assumer et arrêter de parler d'une "histoire d'amour". Ca induit les futurs lecteurs en erreur.

Cess a dit…

Tu sais que je suis d'accord avec ta chronique...
Par contre, vu que c'est moi qui t'ait incitée à le lire, je ne pense pas avoir parlé d'histoire d'amour ? et bon, j'avais prévenu que certaines scènes étaient choquantes, dérangeantes et en trop... Tu savais quand même un minimum que ça dépassait certaines limites, non ? (car bon limite je m'en veux de savoir que tu l'as lu après mon avis !) ...
En tout cas, très chouette billet et très chouette débat !! ♥ Pour ma part, je lirai quand même le prochain qui est moins dérangeant parait-il !
Des bisous ma belle !

Choukette a dit…

Je ne parle pas de ton billet Cess, mais nombreux sont les avis que j'ai lu et qui mentionnent "une histoire d'amour remarquablement écrite". Il n'y a quasiment que toi qui parlent de ces scènes dérangeantes.
Donc oui je savais à quoi m'attendre plus ou moins, mais même avec ton billet (que j'ai adoré) je ne m'attendais pas à tout ça. Ca va encore plus loin que ce que je m'imaginais.
En lisant ton avis je me suis dit "bon ok y'aura sûrement une ou deux scènes limite mais le reste à l'air sympa".

Lila a dit…

Ouep, la plupart des critiques parlent d'une belle et touchante histoire d'amour, blablabla, un peu coquine de temps en temps, mais si bien écrite, blablabla.
Ba je suis désolée, mais quand on en arrive à voir des personnages s'envoyer en l'air au milieu des excréments, on est pas dans le "un peu coquin" ni dans le "porno soft". Et y'a pas la moindre trace d'amour dans ce roman.
Le mec est en rut en permanence et parle comme un ado obsédé (dans la seconde partie du roman en fait, au début, il est classe et tout, limite excitant) et la nana, rappelons-le, c'est une femme fontaine qui éjacule partout, même en classe. Et vu qu'elle a 10 orgasmes par page, je plains vraiment ceux qui sont payés à faire le ménage derrière elle, elle sème des flaques partout mdr.

Je conçois qu'on aime ça, qu'on puisse même être excité par ces pratiques et cette façon de montrer la sexualité, de façon crue et directe, sans aucun fard ni subtilité, mais les critiques que j'ai lu partout, même celles qui sont mitigées, occultent pas mal de détails scabreux et glauques, comme si les gens avaient survolés le roman plus qu'autre chose.

En fait, c'est dommage, l'idée de la société secrète ou du "nez" c'était bien et ça m'avait emballé d'entrée de jeu. Mais au final on se croirait dans un remake porno crade de "La philo selon Philippe", cette vieille série AB Production bien pourrie et mal jouée. C'est du même niveau.

ps : Ta critique m'avait beaucoup fait rire Cécile. ;-)

Azilys a dit…

mais les filles, dites-nous où avez vous vu "une belle et touchante histoire d'amour, blablabla, un peu coquine de temps en temps" ?????
ça me laisse perplexe !!
FSOG , ça c'est coquin.
La société est "classé" érotique, faute de plus !

Choukette a dit…

@Azilys : Sur la page FB de l'auteur, un com parmi tant d'autres :
"Un roman sublimement écrit ,sans aucune vulgarité ni manque de respect envers les personnages mais empreint de beaucoup d'émotions qui ne peuvent laisser indifférent."

Choukette a dit…

Ou encore là, sur Booknode :
"Je ne suis pas choqué par la tournure que prend les pratiques de nos deux tourtereaux, on sent bien l’amour qu’ils éprouvent, même s’il reste inavoué. Et surtout l’écriture d’Angela n’a rien de vulgaire, elle est si naturelle que je défie quiconque d’être choqué ^_^."

Azilys a dit…

oké bon elles sont givrés les nanas.
mais après c'est pas en lisant ça que tu as lu ce livre?
tu en as causé avec Cess ? moi elle avait placé l'avertissement très haut !
ça m'étonnerait qu'elle t'aie laissé navigué en terre inconnue ...

Choukette a dit…

Non je n'en ai pas parlé avec elle, j'ai simplement lu son billet et je lui ai dit que je me lançais, elle m'a répondu "tu me diras". Donc le big avertissement, je ne l'ai pas eu ;)

Azilys a dit…

oké, on se comprend ^^
par contre chacun ses sensibilité, y lit ce qu'il veut etc...
je n'ai pas parlé d'amour mais de porno
ce qui me dérange, c'est que que tu évoques n'arrive que dans le dernier quart du livre après une montée en tension trèèèèèèèèèèèès longue ! donc hors contexte,ça le fait pas pareil. C'est entre autre pour cela que je n'ai pas mentionné ces élément explicitement dans ma chro mais dans ma réponse à Ambre (sur GR), sachant qu'elle saurait à quoi je fais référence.

et pour le coup je pense pas que l'auteur maîtrise les coups de sang de ses copines.

Choukette a dit…

Ceci dit, les "coups de sang" de ses copines je m'en fous royalement, je ne les ai d'ailleurs pas mentionné.

Et tu parle du dernier quart du livre mais je ne suis pas d'accord, pour moi la cassure s'opère dès qu'ils commencent à coucher ensemble, et ça n'arrive franchement pas que dans le dernier quart.
Même dans la "montée de la tension" y'a des scènes dérangeantes et/ou sales, je pense notamment à tout ce que Micky fait pour qu'un de ses élèves se masturbe en classe, ou encore le coup des boules de Geisha offertes par la belle-mère...

Mais comme tu le dis, chacun lit ce qu'il veut et le ressent comme il l'entend. J'ai donc, je pense, le droit d'avoir trouvé ce livre sale, inintéressant et vulgaire malgré une idée de base pas mauvaise du tout.
Je ne suis pas allée débattre sur les avis positifs, j'aimerais donc autant qu'on me laisse tranquille et qu'on respecte le fait que je n'ai pas aimé cette lecture, d'autant plus que je pense avoir suffisamment argumenté mon point de vue ;)

Azilys a dit…

mais je suis d'accord avec toi Chookette !!!
j'ai pas aimé !
mais c'est le ton et la manière qui me surprend ...
c'est tout

Choukette a dit…

Je vais être franche, je ne comprends pas bien ce qui te surprend dans la manière.
Parce que, pour tout te dire, mon premier jet était très différent et vraiment "trop", là je me suis maîtrisée et au final je trouve que j'ai été plutôt sympa.

J'ai d'ailleurs demandé l'avis de 5 personnes avant de publier mon billet, dont 2 qui n'avaient pas lu le livre.

liliba a dit…

Eh bien ce bouquin ne me tente pas du tout, du tout, du tout, et d'ailleurs ne me tentait pas même avant d'avoir lu ton billet...
A ceux et celles qui veulent tenter de la belle littérature érotique et même porno, je vous conseille le très magnifique Perle de Anne Bert.

Quant à ton billet, il ne me choque pas du tout, je le trouve très argumenté et même très "soft" ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...